Une nouvelle mémoire émotionnelle pour voir la vie autrement

alimenter sa mémoire émotionnelle avec la joie pour avancer

Notre mémoire est émotionnelle

Tout d’abord, affirmons-le : notre mémoire est émotionnelle. Vous souvenez-vous du repas que vous avez fait le 12 novembre l’année dernière ? Si aucun souvenir n’y est attaché, c’est-à-dire si ce repas ne vous a pas fait ressentir une émotion, fût-elle positive ou négative, nulle chance de vous en souvenir. Peut-être était-ce des pâtes mais alors comment savoir ? Peut-être était-ce chez vous ou dans un fast-food, quelle différence aujourd’hui dans votre mémoire ?

Ainsi, c’est en éprouvant les situations, en ressentant nos émotions, que notre mémoire s’alimente. Proust se souvenait de la madeleine de son enfance parce qu’elle était émotion. Vous vous souvenez de vos premiers ébats, de votre mariage, du décès de votre aïeul et de tant d’événements de votre vie parce qu’ils furent émotionnels. Vous les avez vécus entièrement, avec vos sensations et vos émotions et des années après, le souvenir reste vif en vous.

L’expérience de la vie : des épreuves et des réjouissances

Ainsi vous faites l’expérience dans votre vie d’événements plus ou moins faciles, des situations légères et d’autres profondes ou dramatiques. Ce sont tous ces événements de notre vie qui nous constituent, qui forment ce que nous sommes profondément.

Mais quand on rencontre plus d’épreuves ou des épreuves plus dures, ça nous marque durement. On est comme plombé par son vécu. On a vu tant d’enfants battus par exemple se couper de leurs sensations, de leurs sensibilité pour survivre. Mais il n’y a pas que les enfants battus pour se fermer à eux, ça arrive à bien plus de personnes. Les épreuves qu’on traverse nous change, change notre perception de nous et des autres, cela change notre réalité.

Quand on est au chômage depuis de longs mois, on finit par perdre confiance en soi et dans la société à force de se voir rejeter. Et cela compromet d’autant notre capacité à rebondir. On devient son propre bourreau. C’est ce qu’on voit dans la dépression : on s’enfonce pas à pas.

Construire une nouvelle couche émotionnelle positive

Il devient alors nécessaire de construire une nouvelle couche de vécu, qui soit donc une couche émotionnelle. Il faut bien sûr que cette nouvelle couche de vécu soit positive, qu’elle laisse entrevoir la lumière.

Prenons un exemple : Roger, 57 ans, s’est fait lourdé par son employeur et par sa femme. C’est mal barré pour lui vous dites vous sans doute. Roger peut sombrer dans l’alcool par exemple dans la version négative. Mais Roger peut aussi expérimenter des situations positives qu’il n’avait pas encore connu ou qu’il avait abandonné depuis longtemps. Après tout, pourquoi ne pas se remettre au sport par exemple ?

Encore faut-il être dans l’état d’esprit de chercher du positif. Quand on voit tout en noir, on n’a pas envie de voir quelque chose de positif. Il faut donc accepter de vivre quelque chose de positif dans sa vie, profondément souhaiter réorienter sa vie vers le positif.

Et pour ça, il faut y aller par étape. Le Nu Solide va vous accompagner pour construire cette nouvelle couche émotionnelle positive.

Lisez donc notre article sur l’introspection pour faire un bout de chemin ensemble.

Pour aller plus loin sur le sujet, dans l’enjeu de l’insertion professionnelle, découvrez l’approche du Nu Solide pour permettre aux personnes de retrouver le chemin du travail.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.