La production du travail, un actif stratégique de l’entreprise ?

Chaque entreprise se structure par ses normes, ses règles, ses machines, ses bases de données, etc. Ainsi, cette structuration doit permettre de produire, c’est le plan. Dans l’entreprise, on mise sur la propriété intellectuelle, sur l’acquisition et la maintenance des moyens de production (des biens et des services), sur l’argent accumulé pour penser sa protection en tant qu’acteur économique.

Cependant, les entreprises sont des organisations humaines aidées par la Machine. Les acteurs de l’entreprise, incarnés humainement, ont des demandes particulières, des besoins psychiques, affectifs, émotionnels, de reconnaissance et de réalisation. Leur objet n’est pas de prime abord de satisfaire l’objet de l’entreprise (quoique la mission de l’entreprise puisse conduire des travailleurs à supporter des conditions difficiles), mais surtout de servir leur propre projet, celui qui leur donne de la reconnaissance immédiate (activable dans l’acceptation de soi, dans la participation au collectif), dans le développement de soi, et dans la reconnaissance différée (vers le poste suivant).

Dès lors, la volonté de la Direction de faire advenir un travail productif se heurte aux désirs et besoins des travailleurs, alors que la production du travail n’est pas questionnée dans les organisations. La production du travail n’entre pas dans le champ habituel des actifs stratégiques sur lesquels on se penche. Simplement un impensé.

Si on considère l’humain travaillant comme un simple opérateur, on fait fi de son humanité, de son affect, de sa recherche d’autonomie dans l’agir, et on entrainera la réaction de désengagement, de contournement, de non-dit.

De plus, toute organisation finit inexorablement par connaître la dérive du travail, en mettant en place des normes et des règles qui mettent à distance le réel par sa simplification, et par la formation d’habitus de l’être et de l’agir au niveau de l’ensemble des acteurs : en clair, l’entreprise s’ankylose en même temps qu’elle se structure. A courir derrière une stratégie d’entreprise pour suivre le marché, vous avez peut-être oublié que ce sont les hommes et les femmes de votre entreprise qui font la capacité de travail de votre entreprise.

La production du travail est l’attribut majeur de l’entreprise et doit être constamment mise à jour, précisément parce que c’est le meta-processus de l’entreprise. Aussi toute stratégie d’entreprise doit comprendre la maintenabilité de la capacité à produire ensemble le travail.

Chez Le Nu Solide, nous défendons que la production du travail est un actif stratégique de votre entreprise tout comme la propriété intellectuelle, les machines, les compétences, ou les logiciels. Il faut la défendre.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *